Bonjour,
Pour conclure cette année 2018 qui, je l’espère, vous aura permis de concrétiser des projets, réaliser des rêves et de devenir un meilleur vous-même, je voudrais partager avec vous une idée simple mais qui implique de grandes choses.
Je veux parler du choix et du devoir.
Pour ma part, comprendre qui je suis, arriver à savoir ce que je veux vraiment et qui je veux devenir me demande un effort quotidien, une vigilance constante et une recherche d’excellence en toute chose. Le quotidien nous impose sa loi en permanence,  les sollicitations extérieures nous agressent à chaque instant et il nous faudrait nous retirer du monde tel un ermite pour ne plus entendre le vacarme de la société moderne. Notre chemin est difficile à identifier au milieu de cette jungle et nous avons besoin d’un coupe-coupe bien aiguisé pour élaguer toutes les entraves qui se dressent sur notre parcours.

Vous avez « choisi » ou vous « devez » ?

Pour exister et avancer, nous nous faisons un devoir de beaucoup de choses : je dois aller travailler, je dois faire le repassage, je dois aller faire réviser la voiture, je dois me coucher tôt parce que je travaille demain, je dois être présent pour les enfants, je dois … je dois .. je dois …
La question qui me vient alors et que je voudrais vous poser est celle-ci :
Combien de fois dans une journée vous avez réellement choisi quelque chose ?
 
C’est difficile de répondre spontanément et rapidement, vous avez sans doute besoin de réfléchir et de vous repasser mentalement le cours des dernières heures pour trouver la réponse. Et de vous demander est-ce que ce que j’ai fait était-il vraiment mon choix profond ? Est-ce que cette action m’a rapproché de mes objectifs ?
Certaines personnes vont faire le choix du devoir. C’est apparemment contradictoire, mais pourquoi un jeune homme va s’engager dans l’armée ? Ou rentrer dans les ordres religieux ? Nous savons que ces vies sont exigeantes parce quelles impliquent beaucoup de renoncement, mais ce renoncement assumé est le résultat d’un choix profond et réfléchi. Mettre sa vie au service du spirituel ou dans la protection de son pays vont répondre, pour ces personnes, à la question de savoir qui ils veulent devenir. Ils vont jusqu’au bout de leurs convictions. Respect total.
Et vous, comment voyez-vous les choses en lisant ces quelques mots ? Si je réfléchis aux moments qui m’ont conduits à faire certains choix qui ont bouleversés ma vie, je dirais qu’à chaque fois c’était à la suite d’une rencontre. Nous avons des opportunités nouvelles qui se présentent devant nous lorsqu’une personne nous aura dit ou proposé quelque chose, et nous effectuons ce choix à ce moment-là sans savoir réellement pourquoi. Mais on le fait quand même … et une nouvelle route s’ouvre devant nous.

Choisir la liberté…

Décider de choisir sa vie implique nécessairement d’être quelqu’un de libre. Et vouloir devenir libre est un choix.
Certaines libertés peuvent être conquises rapidement comme ne plus dépendre du regard des autres qui nous enferme dans une prison mentale. D’autres impliquent des efforts plus conséquents comme installer sa liberté financière pour ne plus avoir la contrainte économique de travailler pour gagner sa vie, mais de travailler parce que c’est un choix qui contribue à mon épanouissement personnel. Et comme garder sa liberté de penser en se protégeant des influences extérieures qui nous proposent une certaine réalité qui correspond aux objectifs économiques de l’industrie médiatique. C’est vraiment difficile de se frayer un chemin de liberté dans cette société dite de libertés parce que tout le monde peut s’exprimer, même avec violence, insultes et incivilités.
Certains pays sont des dictatures et les populations ne peuvent s’exprimer ou aller où ils veulent, ils ont le visage enfoncé dans le caniveau avec une botte posée dessus qui appuie continuellement pour les empêcher de se relever. Dans notre monde démocratique, nous avons la liberté, je devrais dire plutôt une pseudo liberté car nous nous posons à nous-même les chaines qui nous entravent de façon insidieuse et perverse, et ces barreaux virtuels sont beaucoup plus difficiles à scier.
Alors au bout du compte que faire ? Je dirais que notre DEVOIR est de CHOISIR de devenir libre.
Je sais que vous avez le pouvoir d’effectuer ce choix, mais il vous en coûtera en remise en question, en efforts, en obstacles à surmonter et autres barreaux à scier. La LIBERTÉ à un prix que vous aurez besoin de payer pour l’obtenir. C’est un lent processus qu’il vous faut accepter sans relâcher un seul instant vos efforts.  Et personnellement, je trouve ce prix bien inférieur à celui de la prison dorée dans laquelle j’étais enfermé.
Alors que décidez-vous pour conclure votre année ? Je serais heureux que vous le partagiez avec moi en retour.
Et n’oubliez pas que la vie vous aime.

3 réflexions sur « Vouloir devenir libre est un choix »

  1. Slt Patrice & M.C.

    Totalement en phase avec ton approche et ta réflexion.

    S’en rendre compte (de sa « liberté ») avec toute l’honnêteté que cela implique est déjà un voyage qui peut s’avérer long et douloureux (remise en question !) . Mais c’est à ce prix (récompense) que la libération viendra.

    Cette année, je continuerai à scier les barreaux de ma servitude dé-libérée…

    Bonne année à suivre.

  2. Bonjour Patrice
    Merci pour ces qqs lignes qui en disent long …
    Encore merci pour cette belle après-midi passé avec vous deux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.